Si vous souhaitez réaliser un site web vous savez sûrement déjà qu’il est toujours mieux de concevoir son arborescence au préalable. Un site web rime avec l’expérience utilisateur, ce qui veut dire qu’il doit être simple et clair pour le visiteur mais aussi facile à explorer par les robots des moteurs de recherche.

Alors comment faire pour organiser vos pages, articles, produits ? Comment créer une arborescence structurée afin de présenter vos produits et services aux bons endroits à l’internaute ? Voici ce qu’il faut savoir sur la conception d’une arborescence de site web :

Arborescence d’un site web : c’est quoi ?

A ne pas confondre avec un plan de site (ou sitemap) qui lui est un document (indispensable également pour le SEO) rassemblant toutes les pages/articles/catégories de votre site web et destiné à être lu par les robots de Google afin de faciliter l’indexation de vos pages. L’arborescence d’un site web, c’est justement la bonne organisation de tout vos contenus réalisée de façon réfléchie en tenant compte du comportement de vos visiteurs, des pages se reliant les unes aux autres et des objectifs de votre entreprise.

Le mot arborescence pour un site web n’est choisi au hasard. En effet, votre site internet est comme un arbre où le tronc représente votre page d’accueil, les branches principales sont vos pages et les rameaux vos différents articles ou sous catégories, etc.

Si nous partons du principe que votre site internet est un arbre dans une forêt, alors les autres sites similaires (même catégorie) sont de la même famille. Dans ce cas, les racines sont le côté off-site ou off-page du site : tout ce qui permet d’alimenter et de nourrir votre site internet (certificat SSL, hébergement, sécurité, backlinks, performances du site…) et non visibles.

Pour que votre site web tienne dans le temps, vous comprenez mieux pourquoi il faut l’entretenir régulièrement et pourquoi il faut organiser ses contenus de manière hiérarchique. Les visiteurs de votre site s’y retrouveront plus simplement et Google pourra mieux indexer vos URL. Les taxonomies, comme les catégories et les balises, mais aussi les liens internes, votre parcours de navigation et les fils d’Ariane sont les outils qui servent à structurer votre site.

Pourquoi la structure d’un site web est importante ?

Comme cités précédemment, il y a plusieurs raisons qui justifie l’importance d’une bonne arborescence pour votre site web. La raison principale est d’être bien référencé sur les moteurs de recherche et pour ce faire il faut bien comprendre les points suivants :

La structure d’un site web est importante pour l’expérience utilisateur

De nos jours, Google accorde beaucoup d’importance à l’expérience utilisateur. Si un site web est clair, sécurisé par un mot de passe, que la navigation est simple et que le chargement des pages est rapide, vous aurez plus de chances de bien vous positionner dans les SERP. Et oui, l’UX est un critère de positionnement prioritaire, alors il faut que votre visiteur puisse naviguer de manière agréable sur votre site. De plus, avec une bonne expérience utilisateur, vous aurez plus de chances de convertir et de fidéliser vos visiteurs.

Pour cela, Google a mis à disposition les outils Page Speed Insights et la Search Console qui sont entièrement gratuits. Avec ses deux outils en ligne, vous pouvez optimiser les signaux web essentiels (core web vitals) tels que :

  • Largest Contentful Paint (LCP) : il correspond à la rapidité du chargement du contenu principal d’une page web au dessus du pli. En bref, c’est le temps exact que prend le chargement de la plus grande image, une vidéo ou bloc de texte dans la fenêtre d’affichage.
  • Cumultative Layout Shift (CLS) : il s’agit du décalage cumulatif de la mise en page. Il peut arriver que le contenu sur une page de votre site se déplace au fur et à mesure que la page se charge. Ce phénomène est très dérangeant pour l’internaute et vous fait perdre des points dans l’expérience utilisateur.
  • First Input Delay (FID) : le délai de première entrée peut être frustrant pour l’utilisateur si ce dernier prend trop de temps à répondre. En effet, quand un internaute effectue une action (un clic sur un lien, généralement) et la page continue de charger parce qu’elle le navigateur est occupé à analyser une fonction de la page, il s’attend à avoir un résultat quasi instantané. Ce délai de traitement doit être le plus court possible pour une bonne expérience utilisateur.

Afin de mieux aider les robots d’exploration à crawler votre site web

Les robots d’exploration du web, ou crawlers ou même spiders sont des programmes qui explorent les milliards de site présents sur le web. Ces robots rassemblent et téléchargent toutes les contenus pour qu’ils puissent être indexés dans les moteurs de recherche (ou non). Les contenus (plutôt les URL) indexés seront classés par ordre de pertinence sur des requêtes précises tapées par les internautes.

Comment les robots explorent les pages d’un site ?

Afin de découvrir les informations les plus fiables et les plus pertinentes d’un site web, un robot démarre avec une certaine sélection de pages Web. Il y cherchera (ou crawl) des données, puis suivra les liens qui y sont mentionnés vers d’autres pages, où il recommencera la même opération.

Google aime les sites simples à explorer. Une architecture d’un site bien réalisée avec des liens internes aux bons endroits sera mieux exploré qu’un site déstructuré. Plus la structure et la navigation de votre site sont faciles à explorer, plus vous avez de chances d’être mieux classé dans les SERP.

A savoir qu’au début, les sites neufs suscitent l’intérêt des robots. Il est donc important d’avoir un site web propre et bien réalisé dès le départ. Certains achètent des noms de domaine expirés pour des raisons de référencement naturel, mais c’est un autre sujet. 

Pour éviter l’auto-concurrence et la cannibalisation de votre SEO

Si la structure du site est essentielle pour Google, c’est parce que, sans une structure décente, vous serez en concurrence avec vous-même pour obtenir un classement élevé dans les moteurs de recherche. Mais pourquoi donc ?

En rédigeant de nombreux articles et en suivant la logique de rester dans votre thématique, vos contenus seront très similaires et vous risquez de vous positionner sur les mêmes mots-clés. Ceci est contre-productif car il est préférable d’avoir une page ou article pour un mot-clé et en se positionnant sur la même requête avec plusieurs pages et articles, Google ne saura pas faire la différence entre laquelle des pages est celle qui est prioritaire.

Pour palier à ce problème d’auto-concurrence, il est préférable d’utiliser des catégories ou des étiquettes, les liens internes à votre site et une arborescence claire. Ainsi, Google saura identifier quelle page ou quel article est le plus important pour tel mot-clé.

Comment faire une arborescence d’un site web ?

Ce n’est jamais une chose aisée que de créer l’arborescence de son site web. Il est nécessaire d’avoir de l’expérience en conception de site internet mais aussi connaître un minimum le SEO. Avec ce que vous venez de lire juste avant expliquant les raisons d’avoir une bonne structure de site web, je vous offre mes 5 étapes pour réaliser une bonne arborescence de site internet :

1 Analysez l’arborescence de vos concurrents

Parfois, la meilleure chose à faire est de copier ce qui a déjà été fait et ce qui marche. L’analyse concurrentielle est une action nécessaire dans tout corps de métier et notamment dans le webmarketing. L’analyse vous permettra d’avoir des idées pour la réalisation de votre arborescence.

Commencez par aller voir les sites internet de vos concurrents. Choisissez les 5 meilleurs dans leur domaine et tapant les mots-clés correspondants dans la barre de recherche Google et mettez leurs sites en favoris pour plus tard. En un coup d’œil, vous pourrez voir la structure de leur menu, les catégories utilisées, les pages les plus importantes qu’ils souhaitent mettre en avant…

Pour aller plus loin, je vous conseille de :

  • Télécharger Screaming Frog SEO Spider qui est un logiciel proposant une version gratuite et une version payante (l’utilisation en mode gratuit est largement suffisant). Je m’en sers aussi pour les audits de contenu d’un site.
  • Trouver des concurrents grâce à un outil comme Ahrefs, Semrush ou l’outil de planification de mots-clés de Google Ads en tapant des mots-clés génériques en rapport avec votre activité
  • Rentrer les noms de domaines de vos concurrents sur les mots-clés génériques dans Screaming Frog et lancer l’analyse un par un
  • Analyser les URL des sites. A partir de là, vous aller voir la liste de toutes les URL du site exploré, les balises utilisées, la structure du site, les catégories, les erreurs, les liens, etc
  • Exporter toutes ces données dans un fichier Excel ou un fichier Google Sheets

2 Organisez et priorisez vos contenus

Après une analyse de votre concurrence, les idées commencent à se mettre en place. Normalement, vous pourriez presque créer l’arborescence de votre site web grâce à ce travail fait en amont. Cependant, il vous reste quelques étapes à réaliser avant de pouvoir avoir une structure propre et bien réfléchie.

Extraire tout les mots-clés

Maintenant, il va falloir extraire tous les mots-clés génériques et ceux de longue traîne que vous organiserez plus tard. Pour ce faire, je vous suggère d’utiliser trois outils en simultanés : keywordtool.io ou kwfinder.com, l’outil de planification des mots-clés de Google Ads (inscrivez-vous sur Google Ads et rentrez toutes les informations demandées pour profiter de l’outil – vous ne paierez pas tant qu’aucune campagne se sera lancée), et un logiciel comme Excel ou Google Sheets.

  • Allez sur keywordtool.io ou kwfinder.com et rentrez un mot-clé principal lié à votre activité. Prenez tous les mots-clés et exportez-les
  • Ouvrir le fichier CSV ou Excel sur Google Sheets ou Excel et copier tous les mots-clés trouvés
  • Rendez-vous sur Google Ads et inscrivez-vous. Notez que même si vous rentrez les informations sur votre mode de paiement, vous ne paierez rien tant qu’aucune campagne ne sera lancée
  • Ensuite, dans les paramètres, cliquez sur l’outil de planification des mots-clés puis obtenir le volume de recherche et les prévisions et collez vos mots-clés :

  • Répétez l’opération avec d’autres mots-clés principaux

Lister vos services ou produits

Dorénavant, vous aurez une grande liste avec plein de mots-clés génériques, de moyenne traîne et de longue traîne. Cela étant, qu’allez vous bien pouvoir faire de tout ces mots ?

Pour le moment, exportez les résultats obtenus dans un ficher CSV ou Excel (oui encore :)) et laissez le fichier de côté. Puis, je vous invite à lister tous vos produits et services dans un autre fichier de traitement de données par ordre de priorité. C’est tout !

Comparer avec les mots-clés recherchés

Une fois que votre liste de tout vos produits et services est créée, il va falloir comparez avec les résultats obtenus avec Google Ads du volume de recherche et les prévisions. Ouvrez vos 2 fichiers Excel ou CSV en simultané.

Ce qui va être intéressant, c’est de voir le nombre de recherches effectués en moyenne chaque mois par les internautes. Vous constaterez que les mots-clés principaux sont, en principe, les plus recherchés. Ces derniers devraient être les mots-clés visés pour vos pages principales ou vos catégories/étiquettes.

Les mots-clés avec plusieurs mots (moyenne ou longue traîne comme : comment élaguer un prunier) pourraient très bien constituer un article de blog. Mais un mot-clé comme : élagueur grimpeur prix pourrait être un titre H2 d’une de vos pages principales sur votre prestation d’élagueur grimpeur.

Important : Au départ, un nouveau site web a besoin de concevoir des articles en visant des mots-clés de longue traîne avec peu de recherches par mois (entre 0 et 20). Cela permet de mieux pouvoir se positionner pour débloquer des mots-clés avec plus de recherches par mois petit à petit (en fonction du trafic obtenu chaque mois sur le site web). Donc, n’hésitez pas à viser des mots-clés de longue traîne pour vos articles !

3 Pensez toujours à l’utilisateur en faisant au plus simple

Pour une arborescence de site web intéressante, rappelez-vous qu’il faut être le plus simple possible. Voici un exemple d’arborescence pour mon site web :

arborescence de site web

Vous pouvez voir que j’ai classé par couleur mes thématiques et reliés chaque sujet de la thématique entre eux grâce aux liens internes. Ce plan a été réalisé avec MindMeister et c’est totalement gratuit et utile pour créer votre arborescence de façon simple.

4 Servez vous des taxonomies

Comme vous pouvez le constatez, mes catégories sont bien visibles et j’ai rangé mes contenus dans chacune d’entre elles. Je vous conseille de les utiliser pour bien organiser votre arborescence et de ne pas vous intéresser aux étiquettes pour le moment.

L’arborescence d’un site e-commerce doit se servir des catégories au maximum. En effet, pour que la navigation de l’internaute soit instinctive, il vaut mieux les utiliser car beaucoup de déclinaisons comme les sous-catégories, sous-sous-catégories… sont courantes dans l’e-commerce.

Imaginons que votre site propose du mobilier, vous pouvez par exemple proposer :

  • Des catégories Chaises, Tables et Lits,
  • Des sous-catégories Tables de salle à manger, Tables de jardin et Tables basses,
  • D’autres sous-catégories comme Tables à manger en bois, tables à manger extensibles, en verre,…

Inspirez-vous des sites concurrents si ce n’est pas déjà fait.

5 N’oubliez pas le maillage interne

On y vient, le maillage interne. Je le rappelle encore mais les liens internes aident les robots de Google à trouver, indexer et à comprendre quelles sont les pages les plus importantes de votre site web. Avec un bon maillage interne, vous pouvez envoyer un maximum d’autorité à n’importe quelle page.

Travailler votre texte d’ancrage

Le texte d’ancrage correspond au texte qui renvoie vers une page. L’important est que le texte doit avoir un rapport avec l’URL de destination (Exit les « Cliquez ici », « Plus d’infos », « En savoir plus »…). Il est même recommandé par Google d’utiliser le mot-clé du H1 de la page de destination.

Aussi, vous pouvez insérer un grand nombre de liens internes et cela ne nuira pas à votre référencement, au contraire. Mais, mieux vaut rester prudent et ne pas utiliser les mêmes textes d’ancrage à chaque fois pour booster votre référencement naturel.

Lier les pages importantes à votre site web

Quand vous créer un lien interne, vous envoyer du « jus » ou de l’autorité à cette page. En suivant cette logique, il va de soi de faire des liens vers vos pages principales ou celles qui convertissent (comme une landing page).

Cependant, les liens obtenus par d’autres sites seront toujours plus puissants que vos liens internes. Sachant que la page d’accueil est la page la plus puissante par défaut. Plus vous créer des sous-catégorie et moins les pages ou articles sont puissants. C’est pourquoi la plupart des pages d’accueil des bons référenceurs web sont celles qui obtiennent le plus de liens de part les autres URL.

Il est donc primordial de travailler un maximum sur sa page d’accueil et de l’optimiser pour le SEO. Ensuite, ce sont vos produits et services que vous devez optimiser et envoyer du jus vers votre page d’accueil.

Conclusion sur créer arborescence de son site web

C’est la fin de cet article qui vous aidera à créer votre premier site web avec une bonne arborescence bien lisible pour Google et les internautes. Evidemment, il y aurait encore de nombreuses choses à développer, mais chaque chose en son temps…

Une dernière remarque que j’aimerais ajouter et que vos liens internes et externes doivent être en dofollow (sauf exceptions, mais c’est un sujet avancé). Faites attention à ce que vous liens ne comportent pas la balise rel= »nofollow » dans le code HTML. Certains plug ins d’insertion automatique de lien utilise cette balise par défaut.

Hugo, votre expert en création d’arborescence de votre site web et concepteur de sites web.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.