Appelez-Moi

Pour être premier sur Google, il y a deux grands principes à prendre en considération. En premier lieu, le SEO (optimisation sur les moteurs de recherche). En second, le SEA (publicité sur les moteurs de recherche).

Dans cet article, nous verrons comment se servir du SEO et du SEA pour arriver à « ranker ». Ce qui veut dire : gagner des positions dans le classement de Google. De débutant dans le business sur le net aux plus expérimentés, nous passerons en revue les étapes essentielles pour atteindre la première place.

Comment être premier sur Google ? Différencier le SEO du SEA

Vous entendrez souvent parler de référencement naturel ou payant. Cela signifie que Google estime que votre présence, sur son moteur, est utile par rapport à ce que recherche les internautes. Et suivant la requête (mot-clé) recherchée par ces derniers, votre classement dans les résultats dépendra de votre pertinence.

Mais pour être premier sur Google, il existe deux manières tout à fait cumulables : écrire du contenu pertinent pour l’internaute ou créer des annonces publicitaires. Dans le premier cas, on parle de rédaction SEO ou rédaction web et, pour l’autre, de campagne publicitaire sur Google.

positionnement-google

Le SEA en haut et le SEO en dessous

Pour le référencement payant, vous apercevez le libellé « annonce » en vert. Quand ce libellé n’est pas présent, c’est un résultat de recherche naturel. Regardons comment Google organise son podium de plus près :

Le classement Google pour le référencement payant :

Dans un premier temps, vous devez vous inscrire sur Google Ads pour créer une campagne d’annonces publicitaires. Cette procédure demande une configuration précise au vu de nombreux annonceurs avec lesquels vous serez en concurrence. Cependant, eux aussi cherchent à être premiers sur Google, alors comment faire sans un expert en SEA ?

Soyez rassurés puisque chacun peut avoir sa part du gâteau. Tout les annonceurs doivent définir un budget journalier et les quatre premiers seront les vainqueurs. Lorsqu’un annonceur a dépensé son budget quotidien, il se verra remplacé par le cinquième et ainsi de suite.

Sur Google Ads, vous ne payez pas pour vos annonces mais à chaque clic sur les vôtres. Au préalable, vous devez choisir plusieurs mots-clés (correspondants aux requêtes des internautes) qui entraîneront la diffusion de vos annonces. Et chaque mot-clé ont un tarif différent et évolutif : ce sont les enchères. Maintenant, voici comment être premier sur Google (ou presque) :

Introduction sur l’enchère

Dans la création de votre campagne, vous déterminez à Google combien vous êtes prêts à dépenser pour un clic sur votre annonce. C’est ainsi que le coût du clic varie. Pour vous citer un exemple, imaginez que vous ayez choisi le mot-clé « raquette de tennis » qui diffusera votre annonce. Mais vous ne souhaitez pas mettre plus de 8€. En théorie, c’est celui qui est le plus offrant qui remportera la meilleure position. Sauf, que ça ne fonctionne pas exactement ainsi :

Calcul de l’enchère

Toujours sur le mot-clé « raquette de tennis », vous voici en compétition avec 3 autres publicistes. Je vous montre un calcul qui sera crucial pour essayer d’être premier sur vos annonces Google :

  • L’annonceur A propose 7€ et a un score de qualité de 6/10.
  • Le B propose 12€ et a un score de qualité de 5/10.
  • C est prêt à mettre 10€ et obtient 7/10.
  • Vous enchérissez de 8€ et vous obtenez 8/10 de score de qualité.

Google procédera ainsi pour déterminer la joute pour la meilleure place :

  • Vous avez la meilleure note de 8/10 à multiplier avec le montant de votre enchère de 8€. Cela donne 64.
  • En revanche pour C : 7 multiplié par 10 = 70.
  • B : 5 fois 12 = 60.
  • Enfin A avec 6 fois 7 = 42.

Logiquement, vous terminez en deuxième position, derrière l’annonceur C. On appelle ce classement l’Ad Rank. Mais, pour savoir combien vous paierez par clic, il faut encore diviser le score de l’Ad Rank de l’annonceur derrière vous par votre propre score de qualité et rajouter 0,01€. Voici ce que cela donne :

  • C étant devant vous avec 70 : Votre score Ad Rank (64) divisé par son score de qualité (7) = 9,15€
  • Pour vous : 60/8 = 7,51€
  • Et pour B : 8,41€
  • En revanche, pour le dernier annonceur A, il devra payer le CPC le plus élevé.

Améliorer son score de qualité

Comprenez donc l’importance du score de qualité pour gagner des positions dans le classement. Pour réussir à être premier dans Google, vous devrez vous baser sur 3 critères de qualité de vos annonces :

1 – Le taux de clics attendu de votre annonce

Google prend en considération votre historique de clics et d’impressions générés par votre annonce. C’est ainsi qu’il va déterminer le taux de clics attendu à l’aide l’intelligence artificielle. Mais, quand il n’y a pas d’historique, comment fait-il ?

Certes, Google est plutôt mystérieux, mais plusieurs spécialistes du SEA se sont mis d’accord. Grâce à ses nombreuses données recueillies, il est capable de prévoir les performances futures de vos annonces. Ce n’est pas vraiment un secret puisque Google utilise l’intelligence artificielle pour des résultats pertinents à destination de l’internaute.

Ainsi, ce dernier tient compte de tout le calibrage de vos annonces comme : vos extensions, le lieu de diffusion, le jour et les horaires… Tout ce qui peut influencer sur la pertinence et la visibilité de votre annonce pour l’internaute.

2 – La qualité de votre page de destination

Votre page où seront redirigés les internautes doit correspondre à votre annonce. Aussi, elle doit être rapide à charger et simple à naviguer. D’ailleurs, c’est aussi un critère essentiel pour le référencement naturel.

Pour ma part, j’utilise PageSpeed Insights ; un outil de Google qui génère des suggestions afin d’améliorer la vitesse de chargement de n’importe quelle page. En revanche, cet outil est plutôt destiné à des développeurs web, car il est assez complexe de comprendre les termes employés.

3 – La pertinence de votre annonce par rapport à la recherche

Bien entendu, si vous choisissez des mots-clés incohérents avec votre annonce, votre score de qualité va chuter. L’internaute a besoin de trouver une annonce qui correspond à sa recherche. N’hésitez pas à créer plusieurs groupes d’annonces pour chaque page de votre site. Ainsi, vous obtiendrez une meilleure organisation et une liste de mots-clés plus simple à sélectionner.

Vous pouvez choisir jusqu’à 3 titres, une URL par groupes d’annonces et 2 description de 90 caractères. Utilisez des appels à l’action comme : « Réservez dès Maintenant » ou « Visiter notre Catalogue de Produits ». Pour réussir à atteindre la première place, démarquez-vous de vos concurrents.

Attention au seuil minimum du classement de l’annonce

Revenons sur nos 4 annonceurs de tout à l’heure : vous et les autres. Encore en affrontement sur « raquette de tennis ». Sauf que cette fois-ci, Google exige un Ad Rank minimal de 62 pour être en haut des résultats de recherche.

Avec vos 64 et l’annonceur C, vous serez diffusés dans la partie supérieure. Malheureusement pour eux, ce ne sera pas le cas pour A et B. En revanche, ils pourront être diffusés en bas des résultats de recherche, comme dans cet exemple :

 

comment-etre-premier-sur-google

Annonce en bas des résultats de recherche

Cependant, il arrive parfois que Google applique cette règle de seuil minimal pour les annonces diffusées en bas. Si l’Ad Rank minimal exigé est de 50, alors notre pauvre ami A ne pourra pas être présent. Seul B avec ces 60 figurera.

Comment être premier sur Google avec le taux d’impressions cible

Une dernière astuce pour être premier parmi les annonceurs : le taux d’impressions cible. C’est une stratégie qui a des avantages comme des inconvénients.

Lors de la configuration de votre campagne, vous pouvez choisir d’optimiser vos annonces avec le taux d’impressions cible. Google fera en sorte que vous soyez diffusé tout en haut des résultats (si c’est votre souhait) mais cela sera certainement plus coûteux. Forcément, puisque les enchères seront définis automatiquement toujours en suivant le même principe de l’Ad Rank. Vous paierez donc 0,01€ de plus que le numéro 1.

Néanmoins, cela implique le fait qu’une fois votre budget journalier dépensé, vous ne serez plus diffusé dans la journée. C’est pourquoi, il faut être certain de son plan marketing.

Comment être premier sur Google avec le référencement naturel ?

Pour vous faire un rappel, le référencement naturel est un résultat de recherche présentant les différents sites qu’a indexé Google. Comme pour les annonces publicitaires, les résultats sont classés du plus pertinent pour l’internaute au plus éloigné. Seulement, la décision finale est le fruit du travail de l’algorithme Google.

En effet, pour savoir comment être premier sur Google, cherchez d’abord à savoir comment fonctionne cet algorithme. Bien qu’évoluant tous les 3 mois environ, le principe reste le même depuis plusieurs années. Une fois avoir compris les critères d’un bon référencement, ce dernier peut se perpétuer très longtemps.

Je vous présente, donc, quelques bonnes pratiques essentielles pour un travail SEO. Au préalable, il faut être certain de sa stratégie marketing. Cependant, le SEO est généralement une des meilleures méthodes pour commencer à se faire connaître à moindre coût.

Rédiger du contenu pour « ranker »

La base du référencement naturel : le contenu de vos pages. Donc, il va falloir écrire mais pas n’importe comment. Etre rédacteur web c’est très bien ; être rédacteur spécialisé SEO c’est encore mieux.

En ce qui concerne l’écriture, il est recommandé de publier régulièrement afin de multiplier les chances de se positionner sur un maximum de mots-clés. Même si vos pages sont parfaitement optimisées, il sera préférable de générer de nouvelles requêtes. En effet, vous ne pouvez choisir qu’un seul mot-clé principal par page.

Pour plus de simplicité, je vous conseille de créer d’abord une arborescence pour votre site. Cela vous permettra de vous organiser par catégorie, mais aussi de faciliter les robots de Google pour lire votre site. Dans la suite de cet article, vous allez voir en quoi cela aidera à être premier sur Google.

Comment être premier sur Google avec de bons mots-clés ?

De nombreux outils gratuits existent sur la toile pour faire votre sélection de mots-clés. Par exemple : Insight Yooda, NeilPatel ou même les suggestions de Google en bas des résultats de recherche. Après avoir fait votre arborescence, commencez à faire vos recherches en fonction de la thématique de vos pages.

En termes de performance, il faut éviter de viser trop haut dès le départ. C’est pourquoi il vaut mieux choisir des mots-clés longue traîne avec peu de recherches par mois au début. Une fois avoir atteint un trafic plus conséquent, vous pourrez alors choisir des mots-clés plus recherchés.

Imaginons que vous êtes spécialisé dans le tennis. Plutôt que d’écrire un article à ce sujet (trop large), choisissez « Comment choisir sa raquette de tennis pour débutant ». Vous classerez cette article dans la catégorie « raquette de tennis » ou « tennis pour débutant » (suivant l’arborescence de votre site) et ainsi de suite.

La variété est votre amie

Je ne parle pas de se disperser dans l’écriture. Bien sûr, il est crucial de rester concentré sur le sujet principal. L’idée est de varier votre contenu avec des images, des vidéos ou des podcasts (libres de droit). Mettez-vous dans la peau de l’internaute et vous comprendrez que les visuels suscitent davantage leur intérêt. Un conseil supplémentaire : n’abusez pas !

Pour le référencement naturel, je vous suggère de découper votre article en plusieurs parties et sous-parties. La composition de votre page doit comporter plusieurs paragraphes avec des phrases courtes et distinctes. Encore une fois, la lecture doit être agréable. L’ajout de puces et de numéros sera aussi très apprécié par les moteurs de recherche.

Enfin, votre texte doit comporter un champ lexical très vaste afin que les robots comprennent exactement quel est le sujet principal de votre page. C’est ainsi qu’il déterminera un ensemble de requêtes correspondant au contenu de votre page. Voici pourquoi, plus votre texte sera long, et plus vous ajouterez un champ lexical vaste sans vous en rendre forcément compte.

Note : A une époque, les experts SEO pouvaient encore copier-coller de nombreux synonymes ou termes correspondant à leur mot-clé principal dans leur page sans que le lecteur s’en aperçoive. Dorénavant, cette technique engendre une pénalité par Google et le référencement est totalement robotisé.  

Travailler sur les zones chaudes

Les zones chaudes sont d’autres points à optimiser pour savoir comment réussir à être premier sur Google. Cela regroupe :

  • L’URL de votre page.
  • La balise Title de votre page.
  • La métadescription qui est censée apparaître dans les résultats de recherche.
  • Les balises Hn de votre page.
  • Les balises Alt de vos images.

L’URL de votre page

L’URL est l' »adresse » de votre page sur le net. Pour votre référencement, celle-ci doit comporter le mot-clé principal de votre page comme ceci :

https ://hugo-mazurier-escoula.fr/comment-etre-premier-sur-google/ (l’espace entre https et : est volontaire)

A l’inverse, une mauvaise URL pour le SEO pourrait ne pas contenir le mot-clé ou bien serait trop chargée :

https://hugo-mazurier-escoula.fr/author-hugo/date-18-05-2019/page2/

Préférez choisir un nom de domaine qui englobe une thématique bien précise. Pour ma part, je n’ai pas fait ce choix pour des raisons stratégiques qui me sont propres. Cependant, vous pouvez gagner quelques points dans le classement avec cette démarche.

La balise Title

La balise title, c’est ce que vous pouvez lire dans les différents onglets des pages. C’est purement du code informatique basique en HTML. Voici une démonstration vidéo pour situer la balise title d’un site :

Ainsi, vous pouvez remarquer que le contenu de mon onglet correspond bien à ma balise. Cela facilite la tâche aux robots de comprendre le sujet de ma page. Evidemment, la balise title doit comprendre le mot-clé principal de votre page ou article.

Remplir la métadescription de votre page

Encore un nouveau protocole obligatoire pour bien se positionner dans les moteurs de recherche. La métadescription, c’est l’annonce « publicitaire » de votre page. Repensez aux annonces du référencement payant.

Utilisez vos compétences en marketing pour inciter l’internaute à devenir un visiteur de votre page. Privilégiez des incitations à l’actions mais surtout, variez votre champ lexical. Le principe est de résumer en quelques caractères votre contenu tout en donnant l’envie d’en savoir plus.

Les balises hn

Cette expression se traduit par les différents titres et sous-titres qui structurent votre page. Nous les appelons « hn » car elles font références au langage informatique HTML. Leur système hiérarchique est le suivant : de h1 à h6.

h1 est employé comme le grand titre d’une page. C’est celui-ci qui doit absolument être composé de votre mot-clé. De plus, vous ne pouvez avoir qu’un seul h1 par page.

Par la suite, il est important de découper votre page avec des h2, h3, h4… Cela permet aussi d’avoir un article structuré. Notez que de placer votre mot-clé dans quelques hn sera bénéfique pour votre référencement naturel.

Le titre et la balise alt de vos images

Les images sont à optimiser tout comme le texte. Si vous tapez une requête dans Google images, vous verrez qu’elles proviennent de différentes pages référencées sur la toile. Vous êtes d’accord qu’autant profiter d’accroître sa visibilité, n’est-ce pas ?

Pour ce faire, il est nécessaire de remplir la balise « alt » d’une petite description de ce que nous voyons sur l’image. Derechef, le mot-clé principal doit y figurer. Si vous avez plusieurs images, servez-vous du champ lexical de votre mot-clé.

A l’origine, cette balise alt servait à être « lisible » pour les personnes non-voyantes ou malvoyantes. En effet, elle permettait de décrire oralement la description de l’image. Dorénavant, elle est surtout utilisé pour les recherches vocales. Ne l’oubliez pas si vous souhaitez faire partie des vainqueurs du classement Google !

Le netlinking pour booster son référencement naturel

Très complémentaire aux autres points abordés jusque là, le netlinking est la connexion entre diverses pages par des liens. Plus haut, je vous ai conseillé d’organiser votre site par catégories ; le netlinking aura plus de puissance grâce à cette préconisation.

Si le SEO était une recette de cuisine, alors le contenu serait les ingrédients, les balises chaudes seraient les ustensiles et le netlinking serait le four. Cette métaphore est un excellent mémo technique pour l’écriture de votre page. Si votre recette est parfaite, vous arriverez à savoir comment être premier sur Google.

Vous vous doutez bien que l’insertion de liens ne se fait nullement au hasard. Pour commencer, laissez-moi vous présenter 3 étapes d’un bon maillage de liens :

La notion de Page Rank

Le Page Rank est tout « simplement » la probabilité de tomber sur votre page en se baladant de site en site. En bref, nous pouvons parler d’autorité. Mais pour en arriver là, ce n’est clairement pas en une page que cela se fera. Comment être premier sur Google est un travail de longue haleine.

C’est la raison pour laquelle il faut se concentrer sur des requêtes larges au début. Les sites avec beaucoup de trafic se positionnent sur des mots-clés beaucoup plus larges avec beaucoup de recherches par mois. Petit à petit, plus vous aurez de pages et plus votre trafic grandira. A partir de ce moment, vous remporterez du Page Rank.

Aussi, au fur et à mesure que vous aurez de nouvelles pages, vous aurez davantage de liens. L’objectif est d’obtenir de bons liens qui pointent vers vos différentes URL. Nous les appelons les backlinks. Pour espérer en avoir de façon naturelle, il suffit d’insérer des liens sortants vers eux. Cela dit, il y a une manière de le faire :

La classification par thématique

Il y a quelques années, le Page Rank se faisait manuellement à l’aide d’éditeurs bénévoles. Les sites étaient classés par environ un million de catégories dans des annuaires dits de confiance (comme DMOZ). Puis Google a récupéré toutes les données de ces annuaires, et reprit le même concept en classant les sites sous environ 800 thématiques.

Pour savoir comment être premier dans Google grâce au netlinking, il faudra donc parfois collaborer avec des concurrents dans votre thématique. Mais ce n’est guère défavorable à votre business car, vous pouvez faire un échange de liens, par exemple. Sinon, vous avez la possibilité de créer une page sur les raquettes de tennis pour débutants (en reprenant l’exemple d’un e-commerce spécialisé dans le tennis), puis insérer un lien redirigeant vers la page d’un blog destinés aux fans du tennis en général (une page sur les meilleurs joueurs de Wimbledon).

MajesticSEO est un site qui possède un outil extraordinaire permettant d’analyser la qualité et la quantité de vos liens entrants. Ils utilisent quasiment le même calcul que l’algorithme de Google avec le :

  • Trust Flow : Liens de qualités venant d’annuaires de confiance pointant vers votre page.
  • Citation Flow : Mesure la quantité de vos backlinks.

Le cocon sémantique ou le maillage interne

N’omettons pas les liens internes dans vos pages ! Ils sont tout aussi importants que tout le reste des bonnes pratiques pour arriver à finir premier sur vos requêtes. C’est à ce moment que l’arborescence de vote site vous aidera à ranker.

Sans conteste, il faut faire comprendre aux robots de Google l’organisation de votre site. Vos pages doivent être reliées entre elles d’une certaine façon. Reprenons encore le cas de votre site sur le tennis :

Vous devez avoir une page principale sur vos produits pour pratiquer le tennis que l’on appellera la page mère. Celle-ci est censée avoir des liens internes pointant vers des catégories comme : « raquettes de tennis », « chaussures de tennis », « vêtements de tennis », etc. Ce sont les pages filles. Entre elles, elle doivent être reliées mais aussi chacune doit pouvoir renvoyer l’internaute vers la page mère. Et ainsi de suite.

cocon-semantique

Et encore, je vous conseille de diviser vos catégories en sous-catégories comme : « raquettes de tennis pour débutants », « raquettes de tennis pour intermédiaires », « raquettes de tennis pour confirmés »… Il ne reste plus qu’à suivre le même scénario de page mère, page fille et page soeur.

Comment être premier sur Google : conseils en bonus

1 – Pour vos liens internes, les spécialistes du SEO conseillent de les placer à certains endroits de vos pages. Un lien vers la page mère aura plus de puissance placé en haut de la page, par exemple.

2 – Attention à ne pas mettre trop de liens dans vos articles ou pages. Plus vous en mettrez, plus vos liens perdront du « jus ».

3 – Ne jamais, Ô grand jamais, faire de la duplication de contenu. Vous aurez le droit à une pénalité Google qui vous classera au fin fond des résultats de recherche.

4 – Privilégiez le parcours de l’utilisateur si votre objectif est la vente de vos produits. Demandez toujours conseil à un professionnel du webmarketing en cas de doute.

5 – Votre site doit être « mobile friendly ». C’est à dire qu’il doit être rapide, et parfaitement lisible sur tous les supports.

Je vous invite à poser toutes vos questions dans les commentaires ci-dessous. J’espère que cet article vous sera utile ! Maintenant, j’espère que vous savez comment être premier sur Google

Hugo Mazurier-Escoula, votre dévoué webmarketer 😉

 

 

 

 

 

 

Catégories : Référencement

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *